24 h de course à Concarneau

14 juin 2017
Concarneau
Les figaristes, arrivés hier à Concarneau, n'ont pas trop de répit. Ils prendront le départ demain à midi de la 3e étape de la Solitaire Urgo Le Figaro : 150 milles de sprint, un aller et retour depuis Concarneau via la cardinale sud Banc de Guérande. 24 heures d’une course folle entre courants et cailloux. La lucidité sera la clé de la réussite.

3ème étape : Concarneau - Concarneau

Sur un nouveau format proposé l’année dernière, le parcours de régate au contact autour des îles bretonnes trouve toute sa place dans l'édition 2017. Les difficultés naturelles qui jalonnent ce parcours, les nombreux points de passage imposés mais également les phases de transition multipliées du fait de régimes de brises très présents dans ce secteur, laisseront la part belle à la tactique mais aussi aux incertitudes. 

Une étape qui ne sera donc pas à négliger. Pour mémoire, le vainqueur de l’édition 2016 avait concédé pas moins de 9 minutes à son dauphin sur les 120 milles nautiques de course. Si La Solitaire URGO Le Figaro ne peut pas se gagner sur cette étape, elle peut en revanche pénaliser bon nombre de marins même les plus aguerris.

Départ à 12h, jeudi 15 juin 2017

Une étape 3 de 150 milles, un aller et retour depuis Concarneau qui comprend de nombreuses difficultés : deux points de passages imposés (cardinale sud « Sud banc de Guérande », cardinale de Belle-île), du courant, des effets de site, des algues… Il y aura de la tactique et une part d’incertitude ! Tout au long du parcours, les marins devront rester éveillés sans pour autant puiser au maximum de leurs réserves pour aborder l’ultime étape sereinement avec des batteries suffisamment rechargées.

C’est toute la difficulté de La Solitaire Urgo le Figaro !

Capture



page supérieure