Vidéo Finistère 360: les nouveaux antifouling

15 janvier 2019
Antifouling
Découvrez en image ci-dessous l'étude menée par Finistère 360° sur les nouveaux antifouling pour les navires de plaisance. L'agence a réalisé des tests sur 20 bateaux pendant deux ans et demi.

Finistère 360 a lancé entre 2016 et 2018 une campagne de test pour comparer les nombreux dispositifs de lutte contre le fouling des coques de bateaux. Le fouling est une salissure ou un encrassement d’origine organique conséquence d’une colonisation naturelle et progressive de la surface immergée d’un bateau par des végétaux et des animaux.

Antifouling2

Les effets du fouling sont réels et variés :

Que représentent les peintures antifouling ?

Au niveau mondial, le marché des antifouling est estimé à plus de 100 000 tonnes dont 20 000 tonnes pour l’Europe, en augmentation de 2% par an. On estime que les navires de plaisance représentent à l’échelle européenne 3000 tonnes de peintures. Pour le Finistère sur la base des 25 000 navires de plaisance recensés dans le Finistère ce sont environ 75 tonnes de peinture qui sont vendues et utilisées tous les ans. (Estimation sur la base d’une utilisation de 3.kg de peinture /an /bateau).

Les peintures antifouling posent un problème à cause du relargage de biocide et de composés organiques volatils. Le nombre de biocides autorisés est passé de 25 à 10 au 1er janvier 2018. Les composants des matrices érodables et autopolissantes se dégradent en molécules plus petites, solubles ou non dans l’eau de mer. Bien que nocives ces peintures sont légalement vendues et utilisées. La seule restriction consiste à procéder au carénage des bateaux dans des installations prévues à cet effet.
L’utilisation des peintures antifoulings a un impact sur l’environnement et sur le milieu marin. L’activité de carénage réalisée en site naturel, bien qu’interdite, participe également à cette pollution par voie de ruissellement ou par voie aérienne. 99 % des plaisanciers appliquent ces peintures.

Quelles sont les solutions alternatives au antifouling?

Plusieurs techniques « alternatives » se sont développées depuis quelques années. Ces alternatives sont présentées par leurs initiateurs comme plus respectueuses de l’environnement et s’appuient sur des effets mécaniques, chimiques et biologiques : 

En partenariat avec le Parc Naturel Marin de l'Iroise et l'Agence Française de la Biodiversité, l'enjeu de l'étude était de mieux comprendre l'efficacité des différentes techniques antifouling du marché et leur impact sur l'environnement, mais aussi leur acceptabilité auprès des plaisanciers.

Dans le Finistère, 20 bateaux ont testé 13 dispositifs pendant deux ans et demi :

Les résultats de ces différents dispositifs montrent qu'il n’existe pas de solutions qui soient tout à la fois faciles à poser, efficace contre le fouling, bon marché et respectueuse de l’environnement. Cette équation est difficile à résoudre pour le moment. Les plaisanciers doivent choisir leur dispositif en fonction de leurs habitudes de navigation : nombre de sorties, longueur des navigations. Ceux qui sortent juste l’été ont intérêt à mettre leur bateau au sec le reste de l’année et à opter pour une solution mécanique. 

 

En savoir plus : 

FINISTERE 360 ; contact@finistere360.com


Finistere360

page supérieure